WELCOME TO MOTHER MEERA’S
FUTURE COLLEGE
IN MADANAPALLE INDIA

 

 

BIENVENUE AU FUTURE COLLÈGE

DE MÈRE MEERA

À MADAMAPALLE EN INDE

 

 

How did this project start?

During her visit for Darshan in April 2014, Mother Meera saw that I made drawings for renovations to the chapel in Ste-Adele, Québec. She called for me and asked me if I could make plans for a school for teens in India. Prior to our meeting, Mother had drawn a sketch of what she wanted on sheet of draft paper. As she was explaining to me what she expected the school to be, I noticed that the pencil Mother had in her hand had a flat end and she kept making lines with it. I understood that no matter how bad the tools were, she did whatever was needed to convey a message.

The sketch showed a fairly large building, as Mother explained, 108 by 98 meters with an interior court for the busses to drop the teens and to be used as a safe playground. Mother said that the school would be of 80 classrooms for 30 teens per floor of 6 by 5 meters in size. There would be four floors. The first and second floor for classrooms and the third and fourth for dormitories. A corridor of 3 meters wide would separate 2 rows of classrooms all around.

The passageway for the busses to go in the interior court would measure 8 meters wide. One opening in the front and one in the back. There would be balconies all around, front, sides and back, as well as in the court on every level.

I asked Mother many questions such as “How deep would the foundation be?” She answered 1 meter. We discussed other construction details that I needed to know in order to make a plan of the school Mother wanted.

The next tour in Québec was in the fall of that year. We had a discussion on the plan I made by hand of the school and made many suggestions most of which she approved. However, these suggestions required a completely new drawing. It is a lot of work to make the plans for such a building.

In the meantime, my daughter was taking courses on architectural drafting. So, I asked her if she was interested in practicing on a real project. I offered to pay her for the time she spent on it. She agreed.

In the springtime of 2016, Mother came to Ste-Adele to give Darshans. I asked René Pilon, our constructor in the Society, who was driving Mother everywhere, to ask Mother if she wanted to see the new plans for the school. She answered: ‘’I don’t have the time right row. Maybe in the next life.’’ I didn’t know what to think. Finally, before leaving the chapel, as Mother had a little bit of time ahead, she said to René: ‘’Ok, lets see the plans.’’

I rushed to get the big roll of drawings and entered the kitchen, where we attended the meeting. I unrolled the drawings on the table and Mother said: ‘’It’s big!’’ René said: ‘’Well, we can reduce it, have fewer classrooms and reduce the number of students to attend the classes. Mother said : “No, it will be My college !” Then Mother had to leave.

My mind went a little wild. The word ‘’college’’ or “Cegep” in Quebec is an education institution one attends after secondary school, prior to inscription to a university education. “Cegep” is a French acronym that stands for “Collège d’enseignement general et professionnel”, known in English as a general and vocational college. The institution includes sports facilities forming the athletes as far as the Olympics.

These facilities make learning much more attractive for the teems and young adults, specially with Internet, a limitless knowledge bank. The digitalization has made even more attractive the urge for studying for the upcoming generations. But in India, a lot of young people don’t have a chance to go to school. I was told that there are not enough schools for all to be educated. Some teens in the countryside are desperate because they have not been chosen year after year. They don’t have the same chance we have in the industrial countries.

One thing I understood of all the objectives Mother has, is her willingness to avail those kids of India the same chance we have: giving them the chance of education. This is why I feel I have to help in all the ways I can.

Preparing the drawings is one thing, but it doesn’t feel tangible for most people. Often, the soul of a project is the reduced model made to show and display. This is why I started to build a reduced model of the college that Mother envisioned. At least, I tried to be faithful of the idea of the college Mother tried to pass on to me. I started to build the model after Mother’s visit to the chapel in May 2019 and presented the mostly finished model on the 4th of December 2019. I think Mother was pleased of what she saw. After reflecting a few hours, Mother approved the project. Everybody present in the chapel was happy that Mother accepted the project.

Even René came outdoors in sandals sparsely dressed for the winter to knock on my car back window as I was leaving, to tell me that Mother had accepted the project. I was very happy. For me, it is the greatest gift I could expect for my 76th winter. I expect that the construction will start around 2025 and end in 2030.

Why so far in time? All the legal approaches have to be done. We have to find an architect that will volunteer quite a few hours on the project. And so on. Can you imagine how many specialised and willing volunteers we need to build this magnificent site of learning?

There are so many huge benefits to work selflessly for the upcoming generation. I found that out in making the model of the college. Maybe you want to find out too.

Soon after I had started to assemble the first parts of the model, I wondered how will I know what Mother wants really. As time went on, the ideas came in, one after the other. I was updating the plans in the same time as I was building the model.

In building the model, I solved many problems I couldn’t see on the 2D drawing. So, I understood that the model was talking to me with its 3D views and framework. This made the design so much easier.

Earlier I talked about the soul of the project being the model. Here is why I said that.

As I was working on the model and on the drawings, every time I had a question, I felt I found an answer very easily. As time went on, I could feel that I was not necessarily the designer because I felt as if there were an invisible mind telling my mind what to do and how to do it. This is the reason why I was sure to be supported by something more than my own mind. Everything was so clear and pleasant to work on.

This design is surely not the final version of the college since many minds will work on the project making it more and more realistic and feasible.

After Mother’s visit in Ste-Adèle in 2016, She didn’t come for 3 years. I had no more communication and I heard René saying that Mother was to busy with other affaires to think of the college. I thought then that the project was way out of her concern. There was a drop in my motivation. I thought, maybe Mother abandoned Her dream after all. So, I did nothing for many years. The project was dead for me. So much effort wasted. In my mind, it was impossible to reconciliate. “An Avatar does not do things approximately”. In my mind, it was an enigma that I couldn’t cope with.

One day, as I was looking at all the details I had put on the plans and wondered why have we stopped, a previous thought came up: “An Avatar does not do things approximately” . Just then, I had an insight formulating a new thought. “An Avatar sows the seed, and if it falls in a fertile ground, it sprouts as a plant”. Likewise: “An Avatar emits an idea, and if it is captured by someone and fructified, it will end up as a project.” The thought continued: “The Avatar does not forget the seed, but does nothing to activate it either. The receptor of the idea is the one to give it life.”

After those reflections, my motivation arose again, and this time, I know that the Grace is there for someone who will accept it and do whatever is necessary for it to fructify and bring happiness.

After Mother saw the model, I told her: “I will continue on this project until you tell me to stop.” She smiled. It was a few hours later that René came to tell me that the project was accepted by Mother.

I worked 25 years in an Institute of Research as a development technician, and I learned to work with many brains as a collective brain. With this project, I wish to invite so many brains and spirits to work together as one brain under the Divine Mother’s Grace. Then, we can give a little bit of what we had a chance to cherish in our life to the children of India: EDUCATION.

In the next chapters, follow the Light of your own intuition and see how you could share a bit of yourself to participate in this collective brain under the umbrella of the Mother’s Grace.

André De Ladurantaye, Varennes, Québec. January 1, 2020.

Comment ce projet a commencé ?

Pendant la visite de Mère Meera pour donner des Darshans en avril 2014, Mère avait remarqué les dessins que j’avais fait pour les rénovations dans « La Chapelle », qui est le Centre de Mère Meera à Ste-Adèle, au Québec. Elle m’a fait venir à ses quartiers et m’a demandé si je pouvais faire des plans pour une école d’adolescents en Inde. Avant notre rencontre, Mère avait fait un croquis de ce qu’elle voulait sur un bout de papier. Pendant qu’elle m’expliquait ce qu’elle désirait comme école, j’ai constaté que le crayon que Mère tenait dans ses mains avait la mine cassée et elle continuait à tracer des lignes quand même. J’ai compris que, peu importe l’état mal en point des outils, Mère faisait ce qui était essentiel pour passer un message.

Le croquis démontrait un bâtiment très grand et, comme Mère expliquait, de 108 par 98 mètres avec une cour intérieure pour l’accès aux autobus afin de débarquer les étudiants et aussi pour être utilisée comme cour de récréation sécuritaire. Elle avait spécifié qu’il y aurait 80 classes mesurant 6 par 5 mètres pour 30 étudiants. Il y aurait 4 étages. Les deux premiers étages serviraient de classes et les deux derniers étages serviraient de dortoirs. Un corridor de 3 mètres de large séparerait les 2 rangées de classes tout autour de l’école.

Le passage pour les autobus entrant dans la cour intérieure serait de 8 mètres de largeur. Il y aurait une ouverture en avant et une en arrière pour l’accès à la cour. Il y aurait des balcons tout autour, sur le devant, sur les côtés et en arrière, incluant à l’intérieur de la cour, et ce, sur toutes les étages.

Je lui avais posé plusieurs questions telles que : Quelle serait la profondeur des fondations ? Elle répondit : Un mètre. Nous avons discuté sur d’autres détails de construction dont j’avais besoin afin de faire les plans de l’école que Mère voulait construire.

La tournée suivante au Québec était à l’automne de la même année. Nous avons discuté à partir des plans de l’école que j’avais dessinés à la main et j’avais fait des suggestions qui ont été approuvées pour la plupart. Toutefois, ces suggestions demandaient de tout nouveaux dessins. C’était beaucoup de travail pour refaire de tels plans à la main pour un si grand bâtiment.

Entre temps, ma fille prenait des cours de dessins d’architecture. Alors, je lui ai demandé si elle était intéressée à se pratiquer sur un projet réel. Je lui ai offert de la payer pour ses heures de travail. Elle a accepté.

Au printemps 2016, Mère est revenue à Ste-Adèle pour donner des Darshans. J’avais demandé à René Pilon, notre contracteur, membre de la Société, qui conduisait Mère partout, de demander à Mère si elle voulait voir les nouveaux plans de l’école. Elle avait répondu : « Je n’ai pas le temps actuellement. Peut-être dans la prochaine vie. » Je ne savais pas quoi penser. Finalement, avant de quitter « La Chapelle », alors que Mère avait un peu de temps libre, elle dit à René : « Ok, regardons les plans. »

Je me suis empressé d’aller chercher le gros rouleau de dessins et je suis entré dans la cuisine, là où nous avions les rencontres. J’ai déroulé les dessins sur la table et Mère a dit : « C’est gros ! » René avait dit : « Bien, nous pouvons réduire l’école, avoir moins de classes et réduire le nombre d’étudiants. Mère dit : Non, ce sera mon collège ! » Ensuite, Mère s’est levée pour partir.

Mon mental s’est embrouillé, le mot « collège » pour moi voulait dire, une École de Hautes Études. Au Québec, nous avons ces collèges de hautes études qu’on appelle « Cégeg » où on enseigne la plupart des métiers et les enseignements pour les inscriptions pré-universitaires. On y trouve aussi des facilités sportives permettant aux étudiants athlètes d’aller jusqu’aux Olympiques.

Toutes ces facilités rendent l’enseignement plus attractif pour les adolescents et les jeunes adultes, surtout avec Internet, une banque de connaissance presqu’illimitée. La numérisation a rendu plus attrayant le goût d’étudier pour les générations émergentes. Mais, en Inde, nombreux sont les jeunes qui n’ont pas la chance d’aller à l’école. On m’a dit qu’il n’y avait pas assez d’école pour que tous les jeunes aient la chance d’être éduqués. Certains jeunes, dans les zones rurales sont désespérés parce qu’ils ne sont pas choisis année après année. Ils n’ont pas la même chance que nos jeunes dans les pays industrialisés.

J’ai compris une chose, entre autres, des objectifs que Mère s’est fixés, sa volonté d’apporter à ces enfants de l’Inde, la même chance que nous avons : leur donner la chance de l’éducation. C’est la raison pour laquelle je sens que je pourrais aider de toutes les façons possibles.

Faire les dessins, c’est une chose, mais ça ne semble pas si tangible pour la plupart des gens. Souvent, l’âme d’un projet réside dans une maquette faite pour montrer et mettre en évidence. C’est la raison pour laquelle j’ai commencé à construire une maquette du collège que Mère avait visualisé. Du moins, j’ai essayé d’être le plus fidèle possible avec l’idée du collège que Mère essayait de me faire comprendre. J’ai commencé à construire la maquette après la visite de Mère à « La Chapelle » en mai 2019 et je la lui ai présentée presque complétée le 4 décembre 2019. Je crois que Mère était contente de la voir. Après avoir réfléchi quelques heures, elle a approuvé le projet. Toutes les personnes présentes à « La chapelle » étaient heureuses que Mère ait accepté le projet.

Même René est sorti en pantoufles sans manteau (nous étions en hiver) pour frapper sur la vitre arrière de mon véhicule au moment où je quittais, pour me dire que Mère avait accepté le projet. J’étais très heureux. Pour moi, c’était le plus beau cadeau que je pouvais espérer pour mon soixante-seizième hiver. Je prévois que la construction commencera autour de 2025 pour se terminer en 2030.

Pourquoi si loin dans le temps ? Toutes les démarches légales doivent être faites. Nous devons trouver un architecte qui accepte de faire des heures de bénévolat sur le projet. Et tout le reste. Pouvez-vous imaginer combien de bénévoles spécialisés et volontaires nous avons besoin pour construite ce magnifique complexe d’éducation ?

Il y a de nombreux grands bénéfices à travailler d’une façon désintéressée pour la génération montante. Je l’ai découvert en construisant la maquette. Peut-être voulez-vous le découvrir aussi.

Peu après avoir commencé à assembler les premiers morceaux de la maquette, je me suis demandé comment j’allais savoir ce que Mère voulait réellement. Au fil du temps, les idées venaient, l’une après l’autre et en même temps, je mettais les plans à jour au fur et à mesure que je construisais la maquette.

Ce faisant, je solutionnais plusieurs problèmes que je ne pouvais pas apercevoir sur le dessin 2D. J’ai alors compris que la maquette me parlait avec ses perspectives et sa structure 3D. Ceci a rendu la conception beaucoup plus facile.

Plus tôt, j’ai mentionné que l’âme d’un projet était la maquette. Voici la raison de cette affirmation. Pendant que je travaillais sur la maquette et sur les dessins, chaque fois que j’avais un questionnement, je sentais que je trouvais une réponse facilement. Après un certain moment, je sentais que je n’étais pas nécessairement le concepteur du projet parce que je sentais la présence d’un esprit invisible m’inspirant quoi faire et comment le faire. C’est la raison pour laquelle j’étais rassuré d’être supporté par quelque chose au-delà de mon propre esprit. Tout était si clair et agréable à accomplir.

Cette conception n’est sûrement pas la version finale du collège étant donné que plusieurs cerveaux travailleront sur le projet le rendant de plus en plus réaliste et faisable.

Après la visite de Mère à Ste-Adèle en 2016, elle n’est pas revenue pendant 3 ans. Je n’avais aucune communication et j’ai entendu René dire que Mère était trop occupée avec ses autres écoles pour penser au collège. Le projet était très loin de ses préoccupations actuelles. J’ai senti une baisse dans ma motivation. J’ai pensé que Mère avait peut-être abandonné son rêve après tout. Alors, je n’ai rien fait pendant quelques années. Le projet était mort pour moi. Tant d’efforts perdus. Dans mon esprit, c’était impossible à réconcilier. « Un Avatar ne fait pas les choses à peu près. » C’était une énigme à laquelle mon mental ne pouvait se résoudre.

Un jour, alors que je regardais tous les détails que j’avais ajoutés sur les plans, je me demandais pourquoi le projet étais arrêté, une pensée que j’avais eu précédemment est revenue à mon esprit : « Un Avatar ne fait pas les choses à peu près ». Au même moment, j’ai eu une intuition qui formulait une autre pensée : « Un Avatar sème une graine, et si elle tombe sur un sol fertile, elle germera en tant que plante. » De la même manière : « Un Avatar émet une idée, et si elle est captée par quelqu’un qui la fait fructifier, ça se termine en projet. » La pensée continua à se développer : « L’Avatar n’oublie pas la graine semée, mais ne fera rien non plus pour l’activer. Le récepteur de l’idée est celui qui doit lui donner vie. »

Alors, cette pensée a réveillé ma motivation de nouveau, et cette fois, je sais que la Grâce est là pour qui l’accepte et fait le nécessaire pour la faire fructifier et apporter le bonheur.

Après que Mère a eu vu la maquette, je lui ai dit : « Je vais continuer ce projet jusqu’à ce que vous me disiez d’arrêter. » Elle a souri. Ce n’est que quelques heures plus tard que René est venu me dire que Mère avait accepté le projet.

J’ai travaillé pendant 25 ans dans un Institut de Recherche comme technicien de recherche en électronique et j’ai appris à travailler avec plusieurs personnes comme un cerveau collectif. Dans ce projet, je désire inviter une multitude de personnes et d’esprits pour travailler ensemble comme un seul méga-cerveau recevant la Grâce de la Mère Divine. Nous pourrons alors rendre aux enfants de l’Inde un petit peu de ce que nous avons eu la chance de chérir dans notre vie : l’ÉDUCATION.

Dans les prochains chapitres, suivez la Lumière de votre intuition et voyez comment vous pourriez vous intégrer et participer à ce cerveau collectif sous le parapluie de la Grâce de la Mère Divine.

André De Ladurantaye, Varennes, Québec. Le 1 janvier 2020